Bourde de Myriam El Khomri sur les CDD: « On en arrive à un tel point d’incompétence… » – Philippe Moreau Chevrolet pour BFMTV BFM TV

  • Rédigé par Annabel Roger et Antoine Perrin
  • le 06/11/2015
  • dans BFM TV

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, n’est pas parvenue, jeudi, à répondre à la question « Combien de fois peut être renouvelé un CDD? », qui renvoie pourtant à un article de la loi Rebsamen promulguée en août.

« Je ne pourrai pas vous le dire ». L’aveu de Myriam El Khomry, jeudi matin, au micro de Jean-Jacques Bourdin a fait grand bruit dans la majorité. La ministre du Travail n’a pas été capable de répondre à la question : « Combien de fois peut être renouvelé un CDD ? »

Cette « bourde » a forcément provoqué beaucoup d’embarras beaucoup et de gêne dans le camp socialiste. Comment est-il possible de ne pas savoir comment fonctionne le CDD quand on est ministre du Travail se demandent les plus sévères? « Elle n’y connait rien, sa spécialité c’est la sécurité » explique un parlementaire. « Hollande aurait dû réfléchir avant de la nommer à un poste aussi exposé. »

Myriam El Khomry assume ne pas être une spécialiste du Code du travail. La ministre reconnait que la pression médiatique est très forte mais se dit soutenue. Elle aurait reçu plusieurs SMS de ses collègues du gouvernement, notamment un message d’Emmanuel Macron, grand coutumier des dérapages médiatiques.

« Elle va devenir une cible »

Les élus de terrain, eux, sont plutôt atterrés, car cette nouvelle bourde gouvernementale vient après les cafouillages sur le budget, alors que les régionales se rapprochent à grands pas.

« La conséquence principale pour El Khomry sera une interrogation sur sa compétence », explique Philippe Moreau-Chevrolet, spécialiste de la communication politique. « Quand on est une femme en politique, il y a un doute, quand on est un jeune, il y a un deuxième doute. Là, c’est une femme jeune qui vient de se faire piéger comme un bleu. Elle va devenir une cible. »

« Par ailleurs, les partenaires sociaux vont la considérer avec moins de sérieux, lui accorder moins de poids », poursuit l’expert. « Il aurait fallu nommer à un poste aussi sensible un ministre compétent, qui aie du poids politique pour être respecté, quelqu’un qui connaisse ses dossiers. On n’avait pas le temps de s’amuser à faire des essais. Pas à ce poste-là, pas maintenant. »

« Comme paumée »

Du côté des entrepreneurs, on crie au scandale, voire à l’imposture. La bourde de la ministre révélerait selon eux un manque de connaissance du monde du travail. Jean Jacques Doucet, gérant d’une PME et cadre du Medef est très remonté. « Ce sujet-là est partagé par le premier salarié venu », souligne-t-il. « S’il y a bien quelqu’un qui sait combien de fois on peut renouveler un CDD, c’est Monsieur tout-le-monde. Sauf notre ministre. »

« On en arrive à un tel point d’incompétence et de déconnexion qu’on ne peut pas résoudre nos problématiques avec cette classe politique-là », renchérit Grégoire Leclerq, directeur d’une société d’informatique. « Pour moi, c’est un drame. »

La ministre est-elle déconnectée des réalités du monde du travail? C’est l’avis de Pierre Edouard Mignan, délégué générale du Mouvement des chômeurs et des précaires, ceux qui justement sont concerné par ces contrats. « Elle est comme paumée au milieu d’un champ où il y a plus de chemin », estime-t-il. « Ils sont à 20 000 pieds des réalités. »

Le gouvernement, de son côté, fustige des critiques complétement disproportionnées et apporte tout son soutien à la ministre du Travail.

Lien original de l’article : ici


Copyright 2018 - MCBG Conseil