François Hollande va-t-il être le meilleur troll du quinquennat Macron? 3

  • Rédigé par O.P-V
  • le 26/04/2018
  • dans 20 minutes

 

  • François Hollande a qualifié Emmanuel Macron de président des «très riches».
  • L’ancien chef de l’Etat multiplie les apparitions médiatiques depuis la sortie de son livre.
  • Il a pris son successeur pour cible, notamment sur sa politique économique.

 

Emmanuel Macron est-il le président des riches ? « Ce n’est pas vrai. C’est le président des très riches ! » La question était posée mercredi soir par Yann Barthès sur le plateau de Quotidien, et la réponse, goguenarde, apportée par un ancien président de la République, François Hollande, pas mécontent de l’effet produit. Quasiment un an après son départ de l’Elysée, l’ex-premier secrétaire du Parti socialiste est en pleine campagne médiatique autour de son livre Les leçons du pouvoir (éd. Stock).

 

France 2, France 5, Le MondeL’Obs, France Inter, France Culture, Quotidien… Tous les médias ou presque (pas 20 Minutes, qui n’a pas demandé) ont eu leur dose de François Hollande en chair et en os depuis la parution du livre le 11 avril. Et l’ancien chef de l’Etat a trouvé son créneau pour profiter de cet éclairage médiatique, taper sur le successeur Emmanuel Macron. Dans son bouquin déjà, on trouvait ce tacle au niveau de la carotide : « Mes gouvernements réduisaient les inégalités. Celui-là les creuse ». Bim.

 

« J’entends toujours faire de la politique »

 

Puis il y a eu cette phrase sur le président des « très riches », mercredi soir sur TMC. François Hollande aurait-il décidé de pourrir le quinquennat de son successeur, et si oui, pourquoi ? « Quand il communique, c’est qu’il est en campagne pour quelque chose. Hollande a un agenda », explique le spécialiste de la com’politique Philippe Moreau Chevrolet. L’ex-député de Corrèze n’en a pas fini avec la vie publique, mais ça, on le savait, il l’avait lui-même écrit dans ses Leçons du pouvoir : « J’entends toujours faire de la politique. Je n’ai d’ailleurs jamais déclaré que j’y renonçais. Mais faire de la politique n’est pas forcément solliciter les suffrages, diriger un parti, ou préparer des échéances ».

 

Cela peut donc passer par des interventions médiatiques contre la politique actuellement menée par l’exécutif. Mais pourquoi donc ? « Il n’a pas supporté de ne pas pouvoir se représenter. Il l’a vécu comme une humiliation d’être supplanté par un type jeune, inexpérimenté, qu’il lui a pris la présidence dans le dos. C’est en tout cas comme cela qu’il le vit », commente Moreau Chevrolet.

« Il essaie d’être le meilleur opposant de gauche à Emmanuel Macron »

 

Au-delà de l’argument de l’ego blessé, François Hollande souhaiterait remettre la main sur le Parti socialiste, pense le communiquant : « Il essaie d’être le meilleur opposant de gauche à Emmanuel Macron. Hollande est clairement mal aimé, mais il y a un vide à gauche, Mélenchon n’a pas convaincu une frange de l’électorat socialiste qui peut être sensible au discours d’un ancien président, et qui ne voit pas Olivier Faure comme quelqu’un de suffisamment crédible. François Hollande rappelle ainsi que le chef, c’est lui. »

En tout cas, il semble avoir un public post-Elysée. Son livre marche très bien selon son éditeur, qui a annoncé une réimpression, et les files d’attente sont longues lors des séances de dédicaces. Déjà ça de pris, avant un vrai retour sur la scène politique ?


Copyright 2018 - MCBG Conseil