Le Pen

Le clan Le Pen ou le retour aux Francs

  • Rédigé par Philippe Moreau Chevrolet et Nicolas Baygert
  • le 05/12/2014
  • dans Slate.fr

La reconduction à 100% de Marine Le Pen n’est pas un handicap pour le FN, dont l’imagerie digne d’une monarchie héréditaire constitue peut-être l’une des clés du succès.

Lors de son passage sur TF1, dimanche 30 novembre, Nicolas Sarkozy, fraîchement réélu à la tête de l’UMP, a raillé la «curieuse conception des élections» du FN. « J’ai appris qu’il y avait 17 personnes qui s’étaient abstenues. Quelle curieuse conception des élections. Un candidat, pas d’opposant: c’est plus facile de gagner les élections.» Le Front national serait un parti dynastique et autoritaire, loin de l’idée que l’on se fait d’un «parti moderne». Un cinglant procès en népotisme, difficilement réfutable.
«Que voudriez-vous? Un parti politique où l’on se succède de père en fille, de fille en petite-fille, où il n’y a pas le droit d’avoir d’autres candidats?» faisait encore mine de s’interroger l’ex-Président face à une Claire Chazal absente, plus sparring-partner ou punching-ball qu’intervieweuse.
A-t-on assisté à un simulacre d’élection interne comme le laisse entendre Nicolas Sarkozy?
Le score de Marion Maréchal-Le Pen, arrivée première dans les votes des militants pour le Comité central du parti, donne bel et bien l’impression d’assister, sur le plan symbolique, à l’avènement d’une monarchie partisane héréditaire au sein du paysage politique français. Mais loin de constituer un handicap, et contrairement à ce que semble penser Nicolas Sarkozy, cette imagerie constitue peut-être l’une des clés du succès du FN auprès des Français –un comble pour une nation régicide.

Pour lire la suite, cliquez-ici

 

Philippe Moreau Chevrolet, Président de MCBG Conseil


Copyright 2014 - MCBG Conseil