François Hollande

“Hollande s’est rendu compte qu’il fallait réagir”

  • Rédigé par Salim Ould Bakar
  • le 06/11/2014
  • dans Lyon Capital

Quel bilan peut-on faire après les deux premières années du quinquennat de François Hollande ? Au plus bas dans les sondages, le président ne fait plus l’unanimité, même dans son propre camp. Le chef de l’État présente un déficit en communication. À l’occasion de l’allocution du président sur TF1 ce jeudi soir, le communicant Philippe Moreau-Chevrolet analyse ses différentes lacunes. Entretien.

“François Hollande écoute très peu ses conseillers”

Lyon Capitale : deux ans et demi après son élection, quel est le bilan de la communication de François Hollande ?

Philippe Moreau-Chevrolet : Le trait dominant de sa communication, c’est le fait qu’il souhaite la gérer seul. Il écoute très peu ses conseillers, c’est lui qui pense et qui exécute sa propre communication. Ce système limite forcément sa marge de manœuvre. Sa communication est la même qu’à l’époque où il était premier secrétaire du PS : il y a des impulsions mais pas de stratégie, il s’adapte sans cesse et improvise. Il a été attaqué sur le fait qu’il ne s’intéresse pas du tout à la culture. Résultat des courses : il se montre à de nombreux événements culturels. François Hollande est dans une communication de réaction.

François Hollande se fait très présent dans les médias ces derniers temps, que cherche-t-il à faire ?

Il est déjà en campagne pour 2017. Il semble avoir saisi l’impact des chaînes d’information en continu, lui qui les a longtemps critiquées. Selon moi, Hollande s’est rendu compte qu’il fallait réagir maintenant, pour essayer de sauver les meubles en 2017. Vous avez vu les sondages comme moi, il est contesté même au sein de son propre camp. Les sympathisants du PS se détournent de lui et lui préfèrent Manuel Valls. Ne pas être réélu en 2017 serait une chose, ne pas pouvoir se représenter en serait une autre…

Ce soir, le président sera sur TF1 pour faire état de son bilan de mi-mandat et annoncer les perspectives d’avenir. Alors qu’une grande majorité de l’opinion publique déclare que sa politique est un échec, comment peut-il espérer inverser la tendance ?

Il faut que François Hollande surprenne lors de cette allocution. Malheureusement, il n’est pas dans cette optique. Le format ne semble pas très adapté : d’abord une interview sur sa personnalité avec un journaliste, puis un échange avec des citoyens, pour revenir à une interview avec un autre journaliste. Le dispositif peut sembler confus. Mais c’est un premier pas à saluer. Disons que c’est un petit pas pour la communication politique, mais que c’est un très grand pas pour François Hollande !“Il ne peut plus se permettre d’improviser”

Avec Manuel Valls et Marine Le Pen qui monopolisent l’attention médiatique, François Hollande doit-il renier ses principes de communication s’il souhaite être réélu ?

Bien entendu qu’il doit changer, il doit être beaucoup plus impactant ! Il ne peut plus se permettre d’improviser, il doit développer une stratégie cohérente. Il doit montrer sa personnalité et arrêter de vouloir plaire à tout le monde, car au final il ne plaît à personne. Mitterrand pouvait se permettre d’être dans la synthèse car il avait un passé solide et qu’il avait donné des gages de son autorité politique, ainsi que des preuves de son action. C’était le président qui avait aboli la peine de mort. Hollande n’a pas véritablement de passé. Il n’a jamais été ministre et a négligé les symboles d’autorité au début de sa présidence. Il doit désormais montrer son vrai caractère.

Lien original de l’article : ici


Copyright 2018 - MCBG Conseil